Méditation quotidienne

Avec les paroisses des Hts de Chambéry, et St Pierre du Lac la Motte.

Méditation quotidienne à partir des textes du jour.

Méditation du vendredi 13 novembre 2020

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc (17, 26-37)

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples :

« Comme cela s’est passé dans les jours de Noé, ainsi en sera-t-il dans les jours du Fils de l’homme. On mangeait, on buvait, on prenait femme, on prenait mari, jusqu’au jour où Noé entra dans l’arche et où survint le déluge qui les fit tous périr.

Il en était de même dans les jours de Loth : on mangeait, on buvait, on achetait, on vendait, on plantait, on bâtissait ; mais le jour où Loth sortit de Sodome, du ciel tomba une pluie de feu et de soufre qui les fit tous périr ; cela se passera de la même manière le jour où le Fils de l’homme se révélera. En ce jour-là, celui qui sera sur sa terrasse, et aura ses affaires dans sa maison, qu’il ne descende pas pour les emporter ; et de même celui qui sera dans son champ, qu’il ne retourne pas en arrière. Rappelez-vous la femme de Loth. Qui cherchera à conserver sa vie la perdra.

Et qui la perdra la sauvegardera. Je vous le dis : Cette nuit-là, deux personnes seront dans le même lit : l’une sera prise, l’autre laissée. Deux femmes seront ensemble en train de moudre du grain :

l’une sera prise, l’autre laissée. » Prenant alors la parole, les disciples lui demandèrent : « Où donc, Seigneur ? » Il leur répondit : « Là où sera le corps, là aussi se rassembleront les vautours. »

Texte difficile. Source d’appréhension, d’inquiétude pour nous ? Jésus marche vers Jérusalem où il vient de dire qu’il va beaucoup souffrir et qu’il va être rejeté. 

Aujourd’hui, des signes inquiétants de notre humanité sont là : pandémie, dérèglement climatique, dictatures politiques, concentration des richesses entre quelques mains.

Pourtant Jésus laisse entrevoir sa manifestation à l’humanité tout entière sans annonce, à une heure inattendue, à une heure où nous consommons, nous produisons, nous faisons des projets… 

Ces « jours du Fils de l’homme » ne sont-ils pas déjà en train de se réaliser dans chacune de nos vies à chaque fois que nous faisons le choix de vivre au quotidien les valeurs de l’Evangile ? Sommes-nous assez attentifs à cette « manifestation des jours du Fils de l’homme » qui se perçoit déjà dans nos entourages, dans nos sociétés, en prélude de notre rencontre explicite avec le Christ ?

Pierre : Merci pour cette heureuse initiative : une méditation quotidienne brève et chargée de sens qui nous stimule au saut du lit.

En ces temps où nous sommes privés de célébrations le dimanche je médite les paroles du livre de Daniel (chapitre 3)

« Il n’est plus, en ce temps, ni prince ni chef ni prophète, plus d’holocauste ni de sacrifice, plus d’oblation ni d’offrande d’encens, plus de lieu où t’offrir nos prémices pour obtenir ta miséricorde.

Mais, avec nos cœurs brisés, nos esprits humiliés, reçois-nous, comme un holocauste de béliers, de taureaux, d’agneaux gras par milliers. Que notre sacrifice, en ce jour, trouve grâce devant toi, car il n’est pas de honte pour qui espère en toi.

Et maintenant, de tout cœur, nous te suivons, nous te craignons et nous cherchons ta face.

Nathalie : Je me sens un peu comme les pharisiens au temps de Jésus qui attendait un Jésus triomphant des Romains.

Aujourd’hui, j’attends avec impatience un avenir où « le loup et l’agneau habiteront ensemble, ou l’on pourra poser la main sur le serpent sans rien craindre… »

Certes, le règne de Dieu est déjà là (dans la création magnifique, dans les échanges fraternels, dans l’eucharistie), mais pour moi cela sera pleinement effectif quand la paix et l’Amour règneront sur la terre.

Ce texte n’est donc pas facile pour moi !

13 novembre 2020, mis à jour le 16 novembre 2020